Le thorium – est-il bon ou non ?

Je ne parle pas de Thor, le dieu scandinave des tonnerres, mais de l’élément chimique qui porte le nom du dieu, c’est-à-dire le thorium. Ce métal radioactif a été donné ce nom assez créatif par le chimiste suédois qui l’avait découvert en 1928, Jon Jakob Berzelius. Mais quel rôle va jouer le thorium dans l’avenir de l’humanité ?

Comme dans le cas d’autres sources d’énergie de l’avenir, l’usage du thorium (Th-232) dans des réacteurs nucléaires est un sujet controversé. Peut-être à cause du mot nucléaire, qui nous provoque des tremblements. Il est néanmoins certain que le thorium est un combustible alternatif. Il n’est pas nécessairement écologique, mais il peut être une alternative pour l’uranium. Il reste à voir si il est vraiment une alternative meilleure et une source d’énergie sure et propre.

1

Cristal de thorite (silicate naturel de thorium). Source: pubs.acs.org

Le thorium peut être utilisé comme combustible dans des réacteurs actuels, mais l’idée la plus populaire à ce moment est le réacteur à base de fluorure liquide de thorium (dissolu en sel), ou LFTR – Liquid Fluoride Thorium Reactor. Kirk Sorensen (ancien membre du NASA) est le chercheur le plus associé avec le thorium et les réacteurs de type LFTR, dont ses articles peuvent être trouvés sur le site  www.energyfromthorium.com. Vous pouvez voir Kirk dans ce film très intéressant.

Kirk Sorensen et les autres promoteurs de l’énergie nucléaire basée sur le thorium présentent les suivants arguments:

  • Le thorium est accessible et abondant (Trois fois plus abondant que l’uranium, selon www.ieer.org). D’après www.world-nuclear.org, on estime qu’il y a  5.000.000 t de thorium sur la Terre, avec les plus grandes réserves en Inde (16%, ou presque 846.000 t)
  • Le thorium est plus efficient que les autres ressources. Selon Kirk Sorensen, 6600 tonnes de thorium peuvent fournir la même quantité d’énergie que 5.000.000.0000 tonnes de charbon, 21.000.0000.0000 barils de pétrole, 3 trillions m3 de gaz naturels et 65000 tonnes d’uranium. Un silo plein de thorium pourrait offrir toute l’énergie de l’Amérique de Nord pour un an. Donc, les ressources connues de thorium sont capables de générer l’énergie nécessaire pour quelques milliers d’ans (source). (J’admets, les chiffres sont impressionnantes, mais est-ce que ca suffit ?)

2.png

Pellètes de thorium au Centre de Recherche Atomique Bhabha, Inde. Source: guardian.co.uk

  • En plus, selon le même Sorensen, le thorium des réacteurs LFTR est plus sûr et moins dangereux pour l’environnement que les réacteurs à eau légère (LWR – Light Water Reactor). Les sels liquides utilisés dans un réacteur LFTR ne sont pas susceptibles de se fondre ou d’être surchauffés. L’état chinois est un des pionniers de la recherche et promotion du thorium comme source d’énergie, à la suite des recherches qu’il a réalisé après l’accident nucléaire de Fukushima (source). Les spécialistes chinois affirment qu’un réacteur avec thorium n’a pas besoin de pompes et systèmes électroniques complexes (pour prévenir une croissance excessive de la température), installations qui ont été affectées par le tsunami de Fukushima, et sont d’avis qu’un réacteur LFTR pourrait survivre un tsunami sans emmètre des radiations.
  • Selon www.energyfromthorium.com, les radio-isotopes produits dans les réacteurs LFTR sont utilisables dans la médicine (y compris dans l’oncologie), l’industrie et l’exploration cosmique. En même temps, la chaleur résiduelle pourrait être employée dans la désalinisation de l’eau marine.
  • Les produits qui résultent à la suite de l’opération d’un réacteur LFTR sont stabilisés en 10 ans et ont une valeur commerciale. Les déchets nucléaires se dégradent en 300 ans, par rapport aux 300.000 ans nécessaires pour la neutralisation des déchets nucléaires produits par les réacteurs LWR (Light Water Reactor – Réacteur à Eau Légère) qui emploient l’uranium.
  • Les réacteurs de type LFTR ne produisent aucune émission de carbone.
  • Le thorium ne peut pas être utilisé pour fabriquer des armes atomiques (Donc, selon ses avocats de Thor, il est un dieu pacifique)
  • (Il y a des nombreux aspects concernant l’usage du thorium dans les réacteurs, comme on a montré dans la bibliographie. A cause de manque d’expérience dans le domaine, je ne veux pas entrer dans les détailles, mais, si vous êtes passionnés par ce sujet, je vous invite de vous exprimer vos opinions et connaissances dans la section de commentaires.)

Désavantage :

  • Bien qu’il ait beaucoup des chercheurs qui soutiennent l’emploi du thorium comme source d’énergie, il est clair que l’aspect politique sera le principal argument non-radioactif. Dans un monde utopique, en cas de manque des ressources, les hommes seraient capables de les partager. Mais parce que nous ne vivons pas dans un tel monde, et aucune ressource n’est distribuée uniformément parmi les états, on assistera probablement aux conflits et rivalités entre les grandes puissances pour le contrôle du thorium…
  • En dépit de tout ce qu’on pourrait dire, la crainte des radiations existera toujours. Par comparaison à l’uranium, le thorium est moins dangereux, mais il reste un péril, si on le compare avec l’énergie solaire, par exemple. Il n’y a pas beaucoup de gens qui pourraient accepter de vivre sans hésiter près d’une centrale nucléaire.

Conclusion

Parfois, l’histoire nous a prouvé que le progrès technique n’est toujours dans notre avantage. Il certain que les besoins d’énergie de notre société ne cessent de s’accroitre, et les ressources conventionnelles sont en train d’épuisement. En conclusion, le thorium est un bon sujet de débat. On a démontré, avec des arguments forts, qu’il est un combustible propre, sûr et efficient – par rapport à l’uranium. Mais comment est qu’il se compare avec d’autres sources d’énergie ? Quelle énergie sera la base du futur ? Quelle source va satisfaire nos besoins énormes sans nous détruire ?

Il nous reste à voir.

Sources:

http://energieduthorium.fr/communication/videos/

http://energieduthorium.fr

www.energyfromthorium.com
www.ieer.org
www.world-nuclear.org
www.telegraph.co.uk
www.forbes.com
www.treehugger.com
motherboard.vice.com

http://www.ted.com/talks/kirk_sorensen_thorium_an_alternative_nuclear_fuel.htm

Article ecrit par Ioana Stoicescu et traduit par Mihail Mitoșeriu.

Despre autor
Acest user este dedicat tuturor colaboratorilor Greenly! Studenti, masteranzi, doctoranzi sau pur si simplu oameni din intreaga tara, din intreaga lume care impart aceeasi pasiune, ecologia. Si isi doresc sa-si imparteasca ideile prin intermediul revistei Greenly. Le multumim din toata inima!
2 comentarii la acest articolScrie-l pe al tau!
  1. Bonjour,

    Pour plus d’informations sur la fission liquide et le thorium en français :
    http://energieduthorium.fr
    Notamment, en consultant la rubrique “vidéos”, il serait bien de remplacer certains liens dans cet article avec leurs équivalents en français, ou sous-titrés en français
    http://energieduthorium.fr/communication/videos/

    • Bonjour. Nous avons mis à jour les références à des sites Web liés au thorium. Merci pour la lecture et pour votre intérêt sur les informations de cet article!

Scrie aici comentariul tau

Te rugam sa-ti introduci numele!

Necesar!

Te rugam sa introduci o adresa de email valida!

Necesar!

Te rugam sa scrii mesajul!

Greenly Magazine © 2019 All Rights Reserved

Designed by WPSHOWER

Powered by WordPress