La diversité microbienne de la Fosse des Mariannes

Les hommes de science ont publié dans la revue Nature Géoscience une étude qui annonce la découverte d’un niveau remarquable d’activité microbienne dans la Fosse des Mariannes, qui est située dans l’Océan Pacifique, la plus grande profondeur de la croute terrestre.

La Fosse des Mariannes, qui ressemble une cicatrice avec une longueur de 2.550 kilomètres au fond de l’Océan Pacifique, atteint une profondeur de plus d’onze kilomètres dans le point nommé Challenger Deep, qui pouvait facilement englober l’Everest (la plus grande hauteur de la Terre – 8850 mètres)

À cause de cette profondeur extrême, la Fosse des Mariannes ne reçoit aucune lumière et les températures sont presque glaciales.

Selon les chercheurs, une profondeur plus grande détermine un manque de nutriments, qui proviennent de l’eau située près de la surface, qui est plus riche en oxygène.

Les hommes de science, coordonnés par Ronnie Gould de l’Université d’Odense, ont été surpris de trouver qu’en réalité, la Fosse des Mariannes était très riche en matières organiques.

Les chercheurs ont relevé une consommation biologique de l’oxygène qui était deux fois plus grande que celle trouvée dans un site avoisinant, avec une profondeur de seulement 6000 mètres.

L’analyse des sédiments des deux endroits a montré aussi une plus grande concentration des cellules microbiennes dans Challenger Deep.

L’investigation a été effectuée avec un robot sous-marin spécialisé, équipé avec des instruments très sensibles, capables de calculer la consommation de l’oxygène au fond de l’océan. Le robot a réalisé aussi quelques films dans la zone la plus profonde de la fosse. 

« Là, nous avons trouvé un monde dominé par les microbes qui se sont adaptés à des conditions très difficiles pour les organismes plus évolués » déclare Ronnie Gould.

« Nous sommes arrivés à la conclusion que les  importantes réserves de matières organiques qui se trouvent dans Challenger Deep aident à maintenir une intense activité microbienne, en dépit de la pression extrême qui caractérise cet environnement » ont affirmé les auteurs de l’étude.

Le cinéaste canadien James Cameron, le metteur en scène des films « Titanic » et « Avatar », est le premier homme du monde qui, en 2012, a exploré lui seul pour quelques heures la Fosse des Mariannes, et il a décrit l’image de cette zone de la Terre comme « lunaire et désertique ».

1Source: Mediafax

Foto: lightyears, descopera

Article écrit par Răzvan Spiridon et traduit par Mihail Andreas Mitoșeriu

Despre autor
Acest user este dedicat tuturor colaboratorilor Greenly! Studenti, masteranzi, doctoranzi sau pur si simplu oameni din intreaga tara, din intreaga lume care impart aceeasi pasiune, ecologia. Si isi doresc sa-si imparteasca ideile prin intermediul revistei Greenly. Le multumim din toata inima!
Scrie aici comentariul tau

Te rugam sa-ti introduci numele!

Necesar!

Te rugam sa introduci o adresa de email valida!

Necesar!

Te rugam sa scrii mesajul!

Greenly Magazine © 2017 All Rights Reserved

Designed by WPSHOWER

Powered by WordPress